Un code de conduite pour les détaillants en alimentation au Canada

Actuellement, seulement cinq grandes chaînes contrôlent plus de 80 % du marché de détail en alimentation au Canada. Les détaillants sont donc en mesure d’imposer unilatéralement les conditions commerciales à leurs fournisseurs de produits alimentaires. Ces pratiques ont façonné le système alimentaire canadien d’une manière qui désavantage les agriculteurs, les transformateurs, les épiciers indépendants et les consommateurs canadiens. Elles ont réduit les investissements dans la production et la transformation des aliments au Canada, diminué la sécurité alimentaire canadienne et ont rendu les Canadiens plus dépendants des aliments produits à l’extérieur du pays. 

Les demandes de réduction rétroactive des coûts des grandes chaînes de vente au détail, l’imposition de frais et les pénalités arbitraires ont une incidence considérable sur la capacité des agriculteurs, des transformateurs d’aliments et de boissons du Canada à livrer concurrence, à innover et à investir dans leurs propres entreprises. Les coûts élevés inhérents aux relations commerciales avec les grands détaillants limitent la capacité des petits et moyens transformateurs à livrer leurs produits aux consommateurs. Pour les consommateurs, cela signifie qu’ils ne peuvent accéder qu’à une certaine partie des produits fabriqués au Canada. 

Cette situation est une préoccupation croissante pour les producteurs et les transformateurs d’aliments. Alors que le Canada réfléchit à l’avenir de son système alimentaire, le moment est venu d’envisager des interventions qui appuieront le type de chaîne d’approvisionnement alimentaire que les Canadiens souhaitent et méritent. Un code de conduite pour les détaillants en alimentation est une première étape importante.

Pour plus d’informations: