Le déséquilibre des pouvoirs qui existe actuellement au Canada rend notre chaîne d’approvisionnement alimentaire inefficace. En éliminant ces inefficacités, on peut réduire les coûts administratifs et les pertes de toute sorte tout au long de la chaîne d’approvisionnement, ce qui aura des incidences positives sur le consommateur.

Les expériences du Royaume-Uni, de l’Irlande et de l’Australie ont montré l’intérêt d’introduire des codes de conduite pour les détaillants en alimentation.

La mise en œuvre des codes a permis d’équilibrer les relations entre les fournisseurs et les détaillants, d’améliorer la concurrence dans le secteur de la vente au détail des produits d’épicerie, et de soutenir une plus grande collaboration tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

Un rapport (en anglais seulement) du Department for Business, Energy & Industrial Strategy (Royaume-Uni) a conclu : 

« Les grands détaillants, la plupart des fournisseurs et d’autres acteurs de la chaîne d’approvisionnement alimentaire, ont déclaré que [le Code pour les détaillants en alimentation] a créé des conditions de concurrence et n’avait pas limité la capacité des détaillants d’épicerie du Royaume-Uni à être compétitifs et à proposer une bonne offre aux consommateurs. » 

Le rapport annuel du GCA (en anglais seulement) a également conclu que, depuis 2015, il y a eu une baisse régulière des plaintes des fournisseurs liées à de nombreuses pratiques commerciales déloyales de la part de grands détaillants en alimentation, telles que les retards de paiement, les réclamations contre les fournisseurs pour des prétendues « erreurs ou omissions de facturation historiques », les frais liés aux prévisions et aux promotions, les problèmes de livraison, ainsi que les plaintes des consommateurs. 

Les avantages n’ont donc pas été uniquement constatés chez les acteurs de la chaîne d’approvisionnement en alimentation. En effet, les consommateurs ont eux aussi pu bénéficier de plusieurs avantages.

Depuis l’adoption d’un code obligatoire en 2013, les prix des denrées alimentaires en Irlande et au Royaume-Uni ont considérablement baissé; 8,6% Royaume-Uni et 12,4% Irlande. À titre de comparaison, les prix des aliments au Canada ont augmenté de 4,4% au cours de la même période (une différence de 13 à 15%).

Comment les codes législatifs pour les détaillants en alimentation fonctionnent-ils dans d’autres pays ?

Le Groceries Code Adjudicator (GCA) du Royaume-Uni constitue un exemple pour le Canada. Avec des coûts minimaux et une administration allégée, le GCA a fourni une solution simple aux problèmes complexes de la chaîne d’approvisionnement alimentaire du Royaume-Uni.

Quelques faits sur : le Code de pratique de l’approvisionnement en produits d’épicerie du Royaume-Uni 
  • Code législatif, introduit en 2009 
  • S’applique aux plus grands détaillants (chiffre d’affaires annuel supérieur à 1 milliard de livres)
  • Supervision assurée par le Grocery Code Adjudicator
Quelques faits sur : Le Grocery Code Adjudicator
  • Créé en 2013 
  • Pouvoir d’enquêter sur les problèmes, d’arbitrer les litiges et d’imposer des sanctions et autres remèdes en cas de violation du Code
  • Budget annuel de 2 millions de livres, entièrement financé par un prélèvement sur les grands détaillants
  • Les détaillants et les fournisseurs déclarent (dans l’examen du GCA, disponible en anglais) que le code a créé une plus grande culture de collaboration et de transparence plutôt que de limiter la capacité à faire concurrence ou à offrir plus de valeur aux consommateurs

Le GCA du Royaume-Uni démontre que l’introduction d’un Code de conduite pour les détaillants au Canada n’a pas besoin d’être compliquée. En fait, il peut s’agir d’un petit investissement dont les avantages sont considérables.