Le 1er octobre 2018, le Canada a annoncé être parvenu à un accord avec les États-Unis et le Mexique après une année de renégociation de l’ALENA. Renommé Accord Canada–États-Unis-Mexique (ACEUM), cet accord offrira aux partenaires commerciaux un accès au marché de 4 % du marché laitier national canadien et apportera des changements importants à la politique laitière du Canada. L’ATLC estime qu’une fois la mise en œuvre de l’accord complétée, l’accès au marché en vertu de l’ACEUM entraînera des pertes annuelles de plus de 140 millions $ pour les transformateurs laitiers du Canada.

Que fait l’ATLC pour les transformateurs laitiers?

 Au cours des négociations, l’ATLC a exhorté le gouvernement à ne pas utiliser l’accès au marché laitier canadien comme monnaie d’échange. Malheureusement, c’est précisément ce qui s’est produit. En choisissant d’ouvrir davantage notre frontière aux produits américains subventionnés, le gouvernement a exacerbé l’incertitude et les préoccupations des acteurs nationaux. Comme dans le cas de l’AECG et du PTPGP, l’ATLC plaide activement en faveur de l’introduction d’un programme d’investissement et de l’attribution de contingents tarifaires (CT) afin de compenser les transformateurs laitiers du Canada pour ce préjudice économique.

Vous voulez en apprendre davantage sur l’ACEUM et son impact sur l’industrie laitière?

Pour ce qui est de l’ACEUM, la compensation doit aller à ceux qui sont touchés négativement.

Au moment où le gouvernement prend une décision concernant la compensation au titre du PTPGP, il doit se rappeler que les familles des travailleurs de l’industrie laitière canadienne valent la peine qu’on les défende.