LA TRANSFORMATION LAITIÈRE C’EST MON INDUSTRIE

Ayant passé ses premières années dans la ferme laitière de son grand-père dans le nord de l’Ontario, les produits laitiers ont toujours occupé une place particulière dans le cœur d’André St-Amour, directeur de l’usine de General Mills à Saint-Hyacinthe.

Travaillant à la ferme familiale jusqu’à ce qu’il commence ses études à l’Université Western Ontario, il n’est pas surprenant qu’André ait consacré plus de 30 ans de sa carrière à l’industrie alimentaire, dont 28 ans chez General Mills, notamment pour les produits Pillsbury et Géant vert.

« Je me rappelle avoir eu à livrer de la crème fraîche à la coopérative tous les matins », se souvient André. « Vous pouvez enlever le garçon de la ferme, mais vous ne pouvez pas enlever la ferme du garçon — j’ai l’agriculture dans le sang. »

André chérit ce lien continu à la terre. En parlant avec lui, on voit à quel point il se passionne pour la nourriture.

« Je trouve la nourriture excitante! », déclare-t-il. « La nourriture, c’est quelque chose de bien tangible et de dynamique. Elle a un véritable objectif : elle nous nourrit et nous l’apprécions en famille, sans compter qu’elle nous relie aux agriculteurs et à la terre », poursuit-il. « Je regarde notre portefeuille de produits ici, comme Liberté, c’est une marque géniale, emballante! »

Comptant plus de 30 ans d’expérience dans le secteur, André sait que l’industrie alimentaire est en constante évolution. Il voit ces changements dans les tendances de consommation comme un défi passionnant.

« Dans le passé, l’industrie alimentaire créait les catégories et les consommateurs les acceptaient, mais maintenant, les consommateurs sont les moteurs du changement. Ils exigent des choses différentes et nous devons nous adapter à ces nouveaux besoins », explique-t-il.

Cela nécessite que l’industrie laitière devienne beaucoup plus agile. Ça exige une gestion efficace du changement pour être au fait des tendances le plus rapidement possible et pour répondre aux demandes des consommateurs.

En tant que directeur d’usine, André tient à consacrer autant de temps qu’il le peut sur le plancher, avec ses employés. Il travaille de manière à inspirer son équipe en leur disant que le zéro est possible : zéro incident de sécurité humaine, zéro incidence sur la sécurité alimentaire, zéro déchet. Comment s’y prend-il?

« Nous faisons cela avec les 250 employés que nous avons ici sur place et qui nous confient leurs mains — nous avons besoin de leurs mains tous les jours — mais aussi leurs cœurs et leurs esprits pour qu’ils deviennent de véritables ambassadeurs de l’entreprise. Ensuite, ils peuvent nous aider à atteindre le zéro. Il s’agit de toucher les cœurs et de changer la culture » affirme André.

La carrière d’André avec General Mills l’a mené à travers le Canada et même aux États-Unis où il s’est installé au Texas pendant quelques années. En dépit de la conception commune selon laquelle le fait d’avoir une carrière dans une entreprise est une chose du passé, André croit que si vous êtes flexible, il y a encore de nombreuses possibilités pour cela dans l’industrie laitière.

« Si une personne est désireuse et capable d’apprendre, flexible et performante, il n’y a aucune raison de ne pas mener une bonne et solide carrière dans l’industrie laitière auprès d’une seule entreprise. Il y a assez de place pour la croissance et les options sont infinies. »

 Vous avez une histoire intéressante à raconter ou connaissez quelqu’un qui en a une? Contactez Ciana Van Dusen à cvandusen@dpac-atlc.ca

Plus sur les Canadiennes et Canadiens innovateurs et travailleurs qui créent vos produits laitiers préférés ici!