Répondez à la consultation de Santé Canada sur sa proposition d’étiquetage obligatoire sur le devant des emballages

Préoccupé par la réglementation proposée qui pourrait exiger qu’une étiquette de mise en garde soit apposée sur le devant des emballages des produits laitiers? Faites-le savoir au gouvernement.

Les produits laitiers sont reconnus depuis longtemps comme une partie importante d’un régime équilibré, et la science n’a pas changé. Les produits laitiers sont bénéfiques pour la santé des os et sont associés à un risque réduit de maladie cardiaque, d’hypertension, d’accident vasculaire cérébral, de diabète de type 2 et de cancer colorectal. Ils sont également riches en nutriments essentiels que les Canadiens ne consomment pas assez, comme les vitamines A et D, le calcium, le magnésium, le zinc et le potassium!

La réglementation proposée par Santé Canada se concentre uniquement sur le sodium, les sucres et les gras saturés, et obligera de nombreux produits laitiers à porter une étiquette de mise en garde sur le devant de l’emballage. Cette approche simpliste ignore les bienfaits démontrés de la consommation de produits laitiers pour la santé, permettant possiblement que des aliments pauvres en nutriments ne portent pas d’étiquette de mise en garde alors que des aliments aussi nutritifs que le fromage et le yogourt devront le faire. Se concentrer uniquement sur trois éléments nutritifs est une simplification excessive de ce qui rend un produit « sain » et ne fournit pas aux Canadiens l’information dont ils ont besoin pour faire des choix alimentaires éclairés. Pour une réglementation dont l’intention est d’aider les Canadiens, l’approche est confuse et trompeuse.

La réglementation proposée prévoit une exemption pour le lait homogénéisé, le lait à 2 % et les préparations pour nourrissons. Nous nous réjouissons de ces exemptions, mais nous croyons qu’elles ne vont pas assez loin. Les produits laitiers apportent des bénéfices nutritionnels importants et contribuent à une alimentation équilibrée, et ne devraient donc pas porter d’étiquette de mise en garde.

Améliorer la santé globale des Canadiens et les aider à faire de meilleurs choix alimentaires sont des objectifs importants. Mais la réglementation proposée permettra-t-elle de les atteindre efficacement? Nous n’en sommes pas si sûrs. Nous craignons que la réglementation proposée sur l’étiquetage sur le devant des emballages :

  1. pénalise les produits laitiers sains et nutritifs;
  2. encourage les Canadiens à consommer des aliments surtransformés à la place des produits laitiers;
  3. ajoute à la confusion des Canadiens lorsque vient le moment de faire des choix alimentaires éclairés.

 

Si vous partagez nos préoccupations, veuillez prendre quelques instants pour transmettre la lettre ci-dessous à la consultation. Dites à Santé Canada que la communauté de la transformation laitière s’inquiète de la réglementation proposée sur l’étiquetage sur le devant des emballages qui encouragera les Canadiens à éviter les produits laitiers et à se diriger vers l’allée des collations.

Les produits laitiers ne méritent pas de porter une étiquette de mise en garde

  • Sujet

    Réponse au processus de consultation de la Gazette du Canada sur l’étiquetage sur le devant de l'emballage

  • Message

    Aux décideurs,

    Veuillez considérer la présente comme étant mon mémoire à la consultation de la Gazette du Canada, partie I, sur l’étiquetage sur le devant des emballages.

    Améliorer la santé globale des Canadiens est extrêmement important pour moi. Toutefois, je n’appuie pas la proposition du gouvernement du Canada d’exiger que les produits à teneur élevée en sodium, en sucre et en gras saturés portent des étiquettes de mise en garde sur le devant de l’emballage. Je demande donc aux représentants du gouvernement de reconsidérer leur approche.

    L’industrie laitière me tient à coeur et je crois que les produits laitiers jouent un rôle important dans le soutien de la santé des Canadiens. Selon l’examen scientifique de Santé Canada de 2015, les produits laitiers sont bénéfiques pour la santé des os et sont associés à un risque réduit de maladie cardiaque, d’hypertension, d’accident vasculaire cérébral, de diabète de type 2 et de cancer colorectal. Les produits laitiers sont également riches en nutriments essentiels que les Canadiens ne consomment pas assez, soit les vitamines A et D, le calcium, le magnésium, le zinc et le potassium.

    Toutefois, en vertu de la réglementation proposée, les aliments (y compris les produits laitiers) qui contiennent plus de 15 % de la valeur quotidienne en sodium, sucres et gras saturés devront porter une étiquette de mise en garde sur le devant de l’emballage. Cela sans égard au fait que les aliments contribuent ou non à réduire les maladies chroniques ou s’ils contiennent d’autres éléments nutritifs qui ont été identifiés comme n’étant pas suffisamment consommés par les Canadiens, comme ceux énumérés ci-dessus.

    Telle que proposée, cette réglementation pourrait décourager les Canadiens de consommer des produits laitiers dont les bienfaits pour la santé ont été démontrés, mais ne les découragerait pas de consommer des aliments pauvres en nutriments qui, contrairement à la plupart des produits laitiers, peuvent être reformulés facilement afin de ne pas porter de symbole de mise en garde. La réglementation proposée sur l’étiquetage sur le devant des emballages, qui se concentre uniquement sur trois éléments nutritifs, simplifie à l’extrême tout ce qui rend un produit « sain » et ne fournit pas aux Canadiens l’information dont ils ont besoin pour faire des choix alimentaires éclairés.

    Pour illustrer ce point, selon un sondage mené récemment par Nanos, un tiers des Canadiens éviteraient tout simplement tout produit portant une étiquette de mise en garde sur le devant de l’emballage, sans pousser plus loin leur recherche de renseignements sur le tableau de la valeur nutritive. Cela risque d’encourager les Canadiens à choisir des grignotines plutôt que des aliments nutritifs comme les produits laitiers. Comment cela améliore-t-il la santé des Canadiens?

    De plus, je suis préoccupé par les incohérences contenues dans la réglementation proposée. Bien que le lait entier et le lait à 2 % aient été exemptés, de nombreux produits laitiers comme le fromage et le yogourt devront porter des étiquettes de mise en garde sur le devant de l’emballage. Cela en dépit du fait qu’il ait été prouvé qu’ils contiennent plusieurs des mêmes éléments nutritifs et qu’ils ont un effet protecteur identique sur la santé. Toute réglementation gouvernementale doit s’appuyer sur des preuves solides.

    Je ne peux pas appuyer l’étiquetage sur le devant des emballages qui risque de dérouter les Canadiens et de les encourager à consommer des produits moins bénéfiques pour la santé (ou pire, qui ont des effets nuisibles) que les produits laitiers. Les résultats sur la santé de cette proposition ne contribueront en rien aux objectifs de Santé Canada qui consistent à aider les Canadiens à faire des choix alimentaires sains et à améliorer leur santé globale.